Partager

L' amphi-théâtre, pratiques pédagogiques en cours magistral

Le projet

C'est dans le cadre du CAPEdaGO du vendredi 16 octobre 2020 "Favoriser les interactions avec les étudiants pendant un cours magistral", que M. Olivier Carrillo, responsable du Master MEEF Musique du département de Musicologie de l'Université de Tours, nous a invités à assister à une séance de son cours Histoire de la musique, qu'il dispense auprès d'étudiants en Licence 1ère année.

Le CAPE a profité de l'invitation pour réaliser une captation vidéo sur place, dans l'amphi. C'est à partir de cette matière audiovisuelle que nous avons ensuite travaillé avec  O. Carrillo pour vous rapporter sur cette page dédiée, les pratiques pédagogiques mises en application pendant le cours. Ainsi vous trouverez plusieurs parties ci-après :
 
  • la présentation vidéo du cours, à laquelle les étudiants inscrits à ce cours ont accès sur Célène
  • 6 extraits vidéos de la session synchrone du 16 octobre, avec un commentaire correspondant écrit par O. Carrillo, explicitant la démarche pédagogique associée
  • un document interactif présentant la "mallette de survie" de O. Carrillo, reprenant les outils technologiques utilisés
Le CAPE remercie chaleureusement Olivier Carrillo pour son implication dans la réalisation de cette page.

Présentation vidéo du cours




Cette vidéo, accessible pour les étudiants sur le cours Célène "Histoire de la musique" de O. Carrillo, leur permet de comprendre le fonctionnement du cours en leur donnant des repères organisationnels, et plus particulièrement les attentes sur les tâches à effectuer en dehors des sessions synchrones. Les étudiants peuvent ainsi mieux établir leur stratégie d'apprentissage.

Les extraits vidéo du cours magistral en présence du 16 octobre 2020

Le contexte de captation

"La captation a été effectuée à un moment particulier de l'année : la pandémie en était à son 2nd pic et nous venions de réorganiser la venue des étudiants uniquement en demi-groupes. Nous avions aussi de nouvelles consignes sanitaires très strictes nous interdisant d'avoir les étudiants côte à côte. La disposition que vous voyez à l'écran et donc loin d'être une disposition habituelle malheureusement."

Le fonctionnement des extraits

Nous avons pensé la lecture de ce document dans un ordre que nous vous proposons ici :

  1. Visionner l'extrait (en cliquant sur la vignette à côté du texte). Nous avons indiqué les axes de lecture pour lesquels nous avons sélectionné cet instant du cours.
  2. Lire le commentaire associé à ces axes de lecture.

La mise en place du cours magistral

Vignette vidéo Mise en place du cours magistral
Commentaire de l'extrait vidéo

     « Le cours magistral c'est du théâtre, une pièce dans laquelle le personnage principal ne doit pas être l'enseignant. Chacun doit comprendre son rôle, étudiant comme enseignant, et surtout comprendre que sa présence est importante. C’est pourquoi, dès l’entrée en cours, il est nécessaire d'humaniser la présence de chaque étudiant. À 300 ça peut sembler compliqué, mais un simple accueil de l'enseignant à la porte d'entrée, et un simple “Bonjour” à chacun permet déjà d'impliquer tous les participants. On peut aller plus loin en divisant la promotion en groupe de 4, dont chaque groupe aura un leader chargé de l’organisation et du relai avec l’enseignant. Si les premiers mots d'accueil sont un retour sur le travail effectué par le groupe en amont du cours magistral, ça permet à l'enseignant d'humaniser leur présence, de la valoriser, et en même temps de vérifier que le travail a été fait en amont. C'est ça l'utilisation du “mot de passe”. Chaque chef de groupe est chargé de donner le mot de passe qu'ils ont trouvé très facilement dans le contenu du cours qui a dû être étudié en amont de cette séance de CM. Pourquoi “mot de passe” ? Car s'ils ne le connaissent pas, c’est le signe qu’ils n’ont pas lu le cours que je leur ai donné en amont. Il est donc inutile pour eux de venir en CM puisque le prérequis pour y assister est d’avoir - au moins – lu le cours.

Si on considère qu'un cours magistral est une expérience collective, alors la sacralisation du lieu est importante. Dès qu'on a franchi la porte d'entrée on doit se sentir dans un lieu différent où règne partage et bienveillance. En musicologie il est facile de faire le parallèle avec une salle de concert : dès que l'on franchit la porte d'un lieu culturel - ou religieux - notre comportement s'adapte instinctivement. C'est le cas ici, pour favoriser l'écoute dès le début du cours, tout en mettant en valeur certains étudiants (et ainsi leur montrer que ce lieu leur appartient). On peut rythmer l'entrée les 300 étudiants, qui de toute façon prendra plusieurs minutes, par un petit concert. (Pour une cohorte d'étudiants qui ne comporterait pas de musiciens on pourrait imaginer une bande-son ou bien une projection en rapport avec un thème d’accroche de la séance du jour). Ce type d'entrée a plusieurs avantages, l'attention collective est déjà installée, nul besoin de créer un silence artificiel en tentant d'asseoir une autorité factice, les étudiants sont tout de suite au cœur de l'apprentissage, l’espace de démonstration (chaire, scène, tableau, écran) est déjà occupé par les principaux intéressés : les étudiants.

Si chaque étudiant a été où a l'impression d'avoir été identifié dès l'entrée par le système du mot de passe, il est important de pouvoir les identifier aussi pendant la séance tout en favorisant un esprit d'équipe. C'est pourquoi j'ai instauré un placement, visible de tous, dans lequel des zones de places spécifiques sont imposées par groupe. Ainsi je sais à tout moment où se trouve chaque groupe et comme ils sont interrogés en direct plusieurs fois par séance. Quand je m'adresse à un leader ou à son groupe je peux les appeler par leur prénom même si je n'ai pas retenu les 300 prénoms. Ça a un gros impact sur les étudiants. Ces placements de groupes varient à chaque séance de façon à ce que tous les étudiants puissent le plus souvent possible être bien placés c’est-à-dire : DEVANT ! J'impose dans tous les cas que dès l'entrée des étudiants les places des premiers rangs soient prises avant celles des derniers rangs. Les places vides sur les premiers rangs sont extrêmement dévalorisantes pour un enseignant. Autant, me concernant, prendre les devants. »

L'utilisation d'un quiz en CM

  Vignette vidéo Utilisation du quiz en CM Commentaire de l'extrait vidéo

     « Autant l'aspect silence lors d'une écoute active est importante, autant le bruit ambiant est nécessaire à certains moments dans un cours. C'est le signe que les étudiants sont en train d'échanger et de confronter leurs idées. Au début de la séance j'ai besoin, avant d'aller plus loin, de vérifier que les compétences travaillées lors de la séance précédente sont bien acquises pour la majorité. Ce test de début de séance me permet d'adapter la suite de mon cours. Les réponses ne sont pas données individuellement mais par groupe. Le bénéfice est double. D'un côté je gagne du temps, de l’autre, les étudiants les plus à l'aise dans ce domaine aident leurs camarades plus en difficulté à l'intérieur de leur groupe en leur réexpliquant, avec leurs mots, leur point de vue. Si à 4 cerveaux, le groupe ne donne pas la bonne réponse, c'est que vraiment il faut que je revienne sur des fondamentaux. Ils ne sont pas jugés ni évalués ni notés sur ces tests. C’est seulement un indicateur pour moi pour adapter le mieux possible le contenu de mon cours à un instant t.

Cette utilisation du sondage par groupe n'est pas seulement une vérification de connaissances, elle peut permettre aussi à certains moments de prendre la température de l'état d'esprit de l'amphi. Il n'est pas question d'aller uniquement à la vitesse des plus en difficulté, sinon on avancerait jamais, mais il n'est pas question non plus de les laisser tomber. Si une minorité rencontre des difficultés, il est important qu'ils sachent j'en suis conscient, et qu’un moment particulier en dehors du cours leur sera consacré en petit comité.

La disposition en carré favorise la discussion à l'intérieur d'un groupe, chaque participant étant - dans des conditions sanitaires ordinaires... - à moins de 80 centimètres de chacun de ses trois autres camarades. L'outil utilisé est gratuit, un simple QR code à imprimer et à disposer de 4 manières différentes pour donner 4 réponses différentes qui seront scannées par mon téléphone. Chaque groupe est enregistré à l'avance dans mon application, ce qui me permet de voir le prénom du leader en réalité augmentée lors du scan. Je peux ainsi leur donner un retour en direct en les interpellant par leur prénom. »

Les espaces de l'amphithéâtre

Vignette vidéo Les espaces de l'amphitheatre
 Commentaire de l'extrait vidéo

     « Le cours magistral n'est pas qu'une transmission de savoirs, c'est aussi un lieu dans lequel chacun doit voir des compétences et des connaissances se construire collectivement sous ses yeux. Ainsi, la zone d'apprentissage ne peut pas être réservée au seul enseignant. C'est au contraire une zone dont doivent s'emparer les étudiants. L'avantage est multiple : les étudiants volontaires ou sélectionnés qui se prêtent au jeu d'expérimentation devant leurs camarades sortent de leur zone de confort. Un fort sentiment d'identification s'empare de tous les camarades qui les observent, il y a autant d'impact dans leur propre apprentissage, que s'ils passaient sous les feux de la rampe eux-mêmes. Personne n'est passif dans ce type d'apprentissage.

En revanche, il est important de rester vigilant et bienveillant envers les étudiants qui passent sur scène. Sortir de sa zone de confort, oui, mais sans que ça devienne inconfortable. Au contraire, ils doivent retourner à leur place avec le sentiment d'avoir remporté une épreuve, avoir progressé, et ce sous le regard de leurs camarades qui ne manqueront pas de leur faire savoir par des interjections ou des applaudissements.

N'en déplaise à certains, oui l'enseignement peut être un spectacle. Il est efficace et pertinent lorsque les acteurs principaux sont les étudiants eux-mêmes, en revanche, il peut être navrant, si c'est la seule occasion pour l'enseignant en manque d'affection de briller devant un public forcément acquis.

Le principal ennemi dans l'apprentissage, c'est la passivité. Or plus on est loin de l'action, moins on se sent impliqué. Voilà pourquoi, je me déplace souvent dans l'amphi, de façon à réactiver un petit peu l’attention des rangs les plus éloignés, et pour jauger in vivo l’implication de chacun. Pour bouger tout en restant audibles par chacun, un micro cravate HF est nécessaire. »

La classe inversée en cours magistral

Vignette vidéo La classe inversée en cours magistral
Commentaire de l'extrait vidéo

     « Tout le contenu du cours est donné en amont à chaque étudiant. Les raisons sont multiples, mais la raison principale est qu'un pourcentage inquiétant des notes prises par les étudiants pendant les cours, sont, dans le meilleur des cas parcellaires, le pire des cas, des erreurs grossières. Le contrat qui est passé avec les étudiants est le suivant : je leur donne le contenu rédigé de chaque cours à l'avance, ils les étudient, et connaissent le contenu du cours lorsqu'ils viennent au cours magistral. Ce cours magistral permettra de consolider les connaissances et compétences qu'ils ont acquises à la lecture du cours, et de remédier aux problèmes qu'ils auront rencontrés.

Le minimum syndical, est donc d'étudier à la maison le contenu du cours donné par mes soins. En cours magistral nous allons plus loin, et pour les plus motivés, des missions bonus et ludiques sont proposées pour mettre en valeur l’implication supplémentaire. Des points bonus sont donc donnés en plus. Des travaux hors classe sont demandés (la plupart du temps par groupe car on apprend mieux à plusieurs que seul...) et je reviens sur leur contenu en détail par écrit mais toujours aussi à l’oral devant tout l’amphi pour montrer à ceux qui se sont impliqués que leur travail a de la valeur et aussi pour motiver ceux qui ne l’auraient pas fait à s’impliquer d’avantage la fois suivante. Je ne dénigre jamais le travail – ou l’absence de travail – d'une personne, en revanche je valorise publiquement ceux qui s’impliquent plus que la moyenne. »

La conclusion (coda)

Vignette vidéo La conclusion
Commentaire de l'extrait vidéo

     « La fin du cours n’est pas la fin du temps de présence. Avant de se séparer, il peut être utile de prendre un temps pour résumer ce qui a été abordé et souligner les points importants de l’apprentissage tout en mettant le prochain cours en perspective. Ça c’est pour la forme. Sur le fond, il me semble aussi nécessaire de faire prendre conscience à chacun que leur réussite dépend de leurs voisins et qu’ils ont eux-mêmes, quel que soit leur niveau, un rôle à jouer dans la réussite de leurs camarades. La technique de l’engagement devant témoin a montré son efficacité et est très documenté en littérature scientifique. Une majeure partie de ceux qui ont simplement prononcé leur engagement à telle tâche (ici, travailler avec leur camarade) respectera cet engagement. Le contexte était aussi un peu particulier puisque la situation sanitaire se dégradait une nouvelle fois en France et que je voulais anticiper – sans leur en parler - le fait que certains se retrouveraient de nouveau confinés et coupés des autres. Malheureusement, mon intuition était juste. Je n’ai plus jamais revu mes étudiants... »

Présentation interactive de la mallette de survie